Skinpress Demo Rss

Nouvelle série - En passant

Filed Under (,,, ) by Chopperrette on mercredi 29 février 2012

Posted at : 21:58 Liens vers cet article

Pas de panique, je suis là. Je ne déserte pas, je ne sais plus où donner de la tête.
Je profite de ce "vide" d'inspiration pour vous faire part de mon nouveau projet. J'ai déjà quelques photos que j'ai rassemblé, des bancs dans des lieux déserts. Ces images m'évoquent la chanson "En passant" de Jean-Jacques Goldman d'où le nom de cette série de photographies.




Infos : Ce sont des bancs ou autre siège que j'ai croisé "en passant" dans des lieux. N'hésitez pas à aller sur Flickr pour la géolocalisation.

Ce que j'aime : J'aime l'ambiance calme. J'essaie de retranscrire l'envie de s'assoir après une marche ainsi que l'invitation à continuer la route. Je ne sais pas si je réussis sur tous mes clichés mais c'est le but.

Anecdotes : Dans cette série, la 2e photo, celle avec la chaise est particulière pour moi. Elle n'est pas exceptionnelle mais les souvenirs qui lui sont attachés sont très importants pour moi. Difficile de tout décrire. Le lendemain de la prise de cette chaise, j'ai fait une balade de 14km, je suis rentrée rompue mais c'était sûrement l'une des meilleures balades de ma vie en étant seule.
Je marche seul(e). Encore une chanson de Goldman que j'aime beaucoup et qui me correspond un peu. Je pense que cela ressortira dans cette série. Bonne découverte et je vous tiendrais informés de la suite!

Musique d'ascenseur

Filed Under (, ) by Chopperrette on lundi 20 février 2012

Posted at : 22:40 Liens vers cet article

Un peu en retard mais cela arrive! En ce moment, je suis un peu comme le lapin blanc d'Alice au pays des Merveilles. J'ai l'impression de courir un peu partout et d'être tout le temps en retard. Pour être honnête, cela fait plusieurs mois que je planche sur ce projet de nouvelle dont le titre est "musique d'ascenseur". Le résultat final n'a pas grand chose à voir avec les bribes que j'avais imaginées mais ces bribes étaient tellement fragmentaires qu'elles pouvaient donner naissance à n'importe quoi. Et vous pouvez maintenant lire le "n'importe quoi" qui en est sorti.


Musique d'ascenseur


"Alleeeeeeez"
Une jeune femme se mord la lèvre inférieure sans un mot. Le RER n'avance pas assez vite à son goût, elle est partie un peu juste et sera très probablement en retard. En plus de martyriser sa lèvre charnue, elle se met à trépigner un peu. Décidément le train n'avance pas assez vite...

Arrive la gare qui l'intéresse, elle s'est arrangée pour être en première position pour sortir du RER tel un diable de sa boîte. Elle appuie nerveusement sur le mécanisme d'ouverture...
"Alleeeeez... ouvre-toi!" grince-t-elle entre ses dents.
Dès l'ouverture des portes, c'est une furie qui s'engouffre dans les couloirs parsemés de néons. Elle trottine efficacement malgré ses talons de 7cm et n'a cure des regards intéressés par ses jambes habillées d'un collant noir légèrement opaque. Son air semble concentré sur le trajet qu'elle doit parcourir.

Sa montre affichant 9h05 lui confirme qu'elle devrait déjà être à l'accueil du bâtiment pour s'annoncer. Elle continue sa course parmi les escalators et arrive à l'air libre. Bien que légèrement essoufflée, son allure ne faiblit pas et l'immeuble qu'elle vise n'est plus très loin. Elle consent à ralentir son allure qu'après la volée de marche qui la mène au tambour de l'accueil. Elle s'arrange pour reprendre un semblant de souffle sur les 10m qui la sépare du guichet des réceptionnistes. Son coeur bat fort dans sa poitrine après l'effort. Maintenant qu'elle marche, elle le sent d'autant mieux.

Une grande inspiration puis elle explique à la réceptionniste qui a tendu le cou vers elle:
- Bonjour, j'ai rendez-vous avec M. Polayon.
- Très bien, je l'appelle pour le prévenir de votre arrivée, pouvez-vous patienter à côté?
- Bien sûr.

Faisant volte-face pour gagner les canapés modernes noirs qui trônent un peu plus loin, ses cheveux châtains libèrent le parfum de son shampooing appliqué plus tôt dans la matinée. Elle profite de ses quelques pas pour stabiliser son pouls qui a commencé à retrouver un rythme plus calme mais toujours trop élevé. Tant pis pour la marche active, ce ne sera que le tour de la table basse qui offre ses magazines et journaux plutôt sérieux. Elle ne se sent guère d'humeur à lire la presse économique et délaisse la table pour s'intéresser aux canapés... Ils semblent trop modernes et peu usagés pour sembler réellement confortables. Un tintement aisément reconnaissable la tire de ses considérations, le glissement métallique de portes qui suit ne laisse aucun doute; un ascenseur est arrivé au rez-de-chaussée. Instinctivement son regard se porte vers l'origine du bruit, c'est M. Polayon, du moins elle en est convaincue.

Elle ne l'a eu que par téléphone et pourtant en le voyant avec sa dégaine d'homme d'affaire "cool", elle est persuadée de l'avoir déjà croisé quelque part. La cravate attachée d'un noeud simple et peu serré donne le ton. Tout semble s'accorder à ce détail: les cheveux savamment en bataille, sans être en épi ou non coiffés, la chemise ni trop dans le pantalon, ni trop sortie, et la veste qui tombe juste ce qu'il faut sur les épaules sans être parfaitement ajustée. Pourquoi le trouve-t-elle séduisant? Ce n'est vraiment pas le moment, elle est là pour conclure une affaire!

Les salutations classiques se déroulent puis le silence les accompagne jusqu'à l'ascenseur qui les a attendu portes fermées. Ils y entrent et se font face, seule la musique douce et un peu mièvre, typique d'ascenseur ose rompre leur silence. Elle sent à son regard que lui aussi la reconnaît sans pouvoir être plus précis qu'elle. Il appuie sur le bouton de l'étage.
52/2011: semaine 8


Alors que la musique rend la situation de plus en plus embarrassante, leurs pupilles se dilatent presque simultanément.
- Olivia?
- David?

Si la musique a continué, eux ne l'entendent plus. Tout leur revient en mémoire... Bien sûr qu'ils se connaissent, ils étaient en prépa ensembles. Sauf que David Polayon avait plutôt un look de hippie avec ses pantalons aux couleurs flashy et ses cheveux longs. Elle de son côté, avait le look de la parfaite petite adolescente en jeans, baskets et haut un peu lâche, avec ses cheveux attachés négligemment. Aujourd'hui elle est enserrée dans un tailleur bien ajusté et sa queue de cheval est parfaitement tirée sans aucune mèche rebelle. Ils n'étaient pas amis à cette époque, juste dans la même classe.

Ils ont changé en 5 ans, au point de remarquer ce qui semblait sans intérêt... ou est-ce cette satanée musique d'ascenseur?
- J'aimerai que l'on prenne un verre après cet entretien. s'entend-il prononcer.
- Ce serait avec plaisir.

Il répond par un léger sourire en coin. Elle aussi.

Un nouveau tintement et les portes s'ouvrent. Ils franchissent d'un même pas la porte en se regardant du coin de l'oeil. Elle n'a aucune hésitation sur l'endroit où aller, une seule petite salle de réunion leur fait face, le reste n'est qu'open space.
La porte se ferme derrière eux. Les stores vénitiens étaient déjà tirés. Quoi qu'il ait pu se passer derrière les lamelles métalliques, ils allèrent boire un verre et se revirent au moins la semaine suivante.

Un peu de nostalgie...

Filed Under (,,,, ) by Chopperrette on samedi 11 février 2012

Posted at : 21:10 Liens vers cet article

Cloître - HDR


Infos : Un HDR de 7 photos (je m'étais lâchée ce jour-là!) prise à Cahors pendant mes dernières vacances d'été. J'ai envie de revenir un peu dessus.

Ce que j'aime : J'aime le rendu qui me rappelle beaucoup Myst et donc un peu les jeux vidéo d'une manière plus générale. Je constate aussi que j'aime les cloîtres et l'ambiance de calme et de sérénité qui s'en dégage. J'essaie donc de les présenter sous leur meilleur jour quand j'y passe.
Je ne sais pas si ma photo retranscrit le calme du lieu, comme je suis juge et partie, c'est difficile. En ce moment j'ai peu de moment à moi pour souffler du coup, j'aime bien me perdre dans ce genre de photos.

Anecdotes : Ca commence à dater mais je me souviens bien avoir passé du temps à prendre mes photos. Les écarts de luminosité étaient bien trop forts pour rendre ce que je voulais, j'ai donc saisi l'occasion de faire un HDR, sans trépied... mais heureusement il y avait le muret. Comme d'habitude quand on n'a pas de trépied avec soi, le cadrage est un peu "imposé" et il faut composer avec.
Je sais que mon rendu est un peu agressif pour les yeux de certains mais... je ne peux pas faire que du HDR réaliste. Un peu de folie!

Livre-photo reçu mais toute une histoire!

Filed Under (,, ) by Chopperrette on dimanche 5 février 2012

Posted at : 21:59 Liens vers cet article

Honte à moi! Je voulais vous en parler avant... mais ce fut compliqué.

Comme je l'avais évoqué, j'avais décidé de faire un livre-photo de mon projet 52/2011. Un petit cadeau pour moi, en récompense de mes efforts et aussi pour partager ce projet avec d'autres personnes. Je n'avais pas imaginé le travail de longue haleine que cela pouvait représenter!

Tout d'abord, trouver le site sur lequel on va commander. Après lectures de tests, de comparaison de sites, de prix, j'ai arrêté mon choix chez Pixum. Leur point fort; des livres sur papier photo avec reliure à plat. Je n'ai pas vu beaucoup de sites proposer ce type de produit. Par ailleurs, le test de tous les labos m'avait convaincue.
Autre aspect non négligeable pour moi, j'ai retenu également ce site pour son client "lourd" de mise en page du livre. Vous trouverez probablement que ce n'est pas vraiment un avantage mais je rappelle que j'avais au minimum 52 pages à mettre en forme, et que je voulais écrire du texte à côté et pas 3 mots. Pouvoir sauvegarder mon travail facilement et avoir accès à une grande liberté de mise en page sans préoccupation de connexion internet était donc un point très important pour ce projet.

Des heures plus tard... J'ai failli arrêter ce projet devant les quelques bugs rencontrés avec le logiciel et le temps fastidieux que j'avais passé sur les premières pages. Je n'ai pas compté mais j'ai bien du passer 30h ou plus à faire mon livre, ce n'est pas rien! Ce qui m'a conforté dans le choix d'un site où tout ne se fait pas sur internet.
Par contre, j'ai trouvé que pour la commande, ce n'était pas forcément toujours simple de s'y retrouver. Il faut bien vérifier qu'on est en papier photo avant de commander, détail que j'avais pris soin de faire au départ. Cependant, il semble que l'ajout de pages supplémentaires fasse "sauter" le type de papier pour remettre celui par défaut: le papier satiné.
Je l'ai vu trop tard, j'avais déjà commandé... En moins d'une semaine, j'avais mon livre. Quand je l'ai ouvert le soir où je suis rentrée, j'étais contente je le trouvais satisfaisant. Le lendemain mieux réveillée, j'ai vu les problèmes d'impresssion: trame visible sur certaines photos, un petit trait blanc indésirable sur d'autres à fond noir. Ma conclusion, le papier satiné est plutôt à éviter je pense... Surtout si vous avez des photos avec des fonds un peu "uniformes". Si vous avez des photos relativement "chargées" les défauts se verront peu et la qualité reste dans l'ensemble bonne. Darth voulait un retour de ma part, alors j'ai voulu faire quelques photos pour lui montrer... et là je découvre l'invraisemblable! Un insecte pris dans le film plastique protecteur de la couverture! (En plein centre de l'image)

C'en était trop, je décide de faire un mail de réclamation. J'ai sorti les violons pour faire part de ma déception et ma photo ci-dessus plus deux autres pour les défauts d'impression. J'ai eu droit à un remboursement sans aucune histoire. J'ai donc apprécié le SAV de Pixum pour cela et j'ai décidé de commander un deuxième livre, en papier photo cette fois! J'en ai également profité pour faire relire le premier et corriger les éternelles coquilles. Cela n'a pas été suffisant, il en reste... c'est une fatalité dans les livres apparemment! N'empêche qu'avoir une sauvegarde du livre sur son disque, encore un point positif du client lourd pour corriger les petites erreurs!

Mon deuxième livre est arrivé dans des délais similaires au premier à deux jours supplémentaires près. Commandé dimanche soir, reçu jeudi pour le papier satiné, commandé le dimanche soir et reçu le samedi pour le deuxième en papier photo. Ce qui reste pour moi des délais tout à fait acceptables.
Et là, je peux vous dire que j'étais ultra contente. Plus de problèmes d'impression, une belle qualité. Par contre, prenez garde à l'épaisseur! Les deux livres font 58 pages mais la version papier photo est deux fois plus épaisse.

Un point que j'ai apprécié chez Pixum et qu'on devine sur la photo ci-dessus, c'est le nombre de photos par page. C'est simple, il n'y a pas de limite. Ceci m'a permis de faire un pêle-mêle de mes 52 photos en couverture et en double-page à l'intérieur. J'ai un peu ramé à tout organiser mais ça en valait la peine car je n'arrivais pas à me décider sur quelques photos à retenir. Je ne pouvais me résoudre à ne mettre aucune image en couverture non plus. Voici un bout du pêle-même qui tient dans le format "Grand Carré" de 21cm.

Bref, tout ce pavé pour dire que je ne regrette pas mon achat. Si je peux vous donner un conseil si vous hésitez, faites un essai. Les livres ne sont pas si chers que ça aujourd'hui. Vérifier bien par contre que vous avez désactivé la retouche automatique sur toutes les photos, surtout si vous vous fatiguez à "développer" vos photos. De mon côté, il est certain que j'en referai un autre, il me faut juste le "sujet" du livre!

J'espère que mon retour d'expérience vous intéressera. N'hésitez pas à me poser des questions dans les commentaires et surtout à me faire part de votre propre expérience concernant un livre-photo ou une impression sur toile/poster/alu... (Marc j'ai lu tes tests ;-) )
La prochaine étape pour moi sera sûrement des impressions en vue de faire un "tableau" et des tirages photos plus classiques. Histoire de ne pas regarder mes images uniquement sur un écran.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...